Qui est Romain CHAUVET ? - 1800-1861

 

 

Le nom de Romain Chauvet n’apparaît que rarement et se trouve essentiellement mentionné dans les ouvrages en espagnol, traitant de l’histoire de l’Argentine vers les années 1825-1830. Une généalogie récemment établie permet de mieux connaître ce personnage dont l'ascension sociale repose sur un faisceau convergent d’indices favorables. En lien avec la mer, sa descendance en ligne directe apparaît également intéressante et aboutit à Maurice Chauvet (1918-2010), acteur de la France libre.

Professeur de mathématiques

Né en 1800 à Etampes, Pierre Romain Chauvet est le fils cadet du cuisinier de l’abbaye de Joyenval, située près de Chambourcy (Yvelines). Devenu précocement orphelin, il mène toutefois des études qui s’avèrent brillantes. Tout d’abord mentionné comme professeur au Collège Heni IV de Paris, il est en effet engagé en 1827 comme professeur de mathématiques par Bernardino Rivadavia, premier président de la « nation argentine ». Débutant ses cours en mars de la même année à Buenos Aires, il y figure alors au sein d’une première élite scientifique et technique, composée de plusieurs autres scientifiques français.

Allié à la famille Le Camus

Après trois années d’enseignement à Buenos Aires, Romain Chauvet est ensuite localisé à Paris où il procède en 1832 à la dissolution d’une société fondée « pour l’exploitation d’un établissement d’éducation », situé rue Pigalle. Sa situation apparaît toutefois suffisamment stable et honorable pour lui permettre d’épouser l’année suivante une descendante de l’importante famille Le Camus. Les membres de cette famille occupent en effet des fonctions élevées au sein de la comptabilité publique : Auguste Adrien Le Camus, père de la mariée, fut lui-même « directeur de la comptabilité centrale du trésor impérial », directeur au ministère des Finances à Paris.

Docteur es sciences à Marseille 

En 1834 et 1838, les enfants de Romain Chauvet naissent à Paris, puis celui-ci entre en poste à Marseille. Si l’on ignore la date de son arrivée dans la cité phocéenne, il y apparaît toutefois comme professeur de mathématiques, domicilié dans le secteur du lycée en 1856. Il y décède à l’âge de 61 ans, alors mentionné comme docteur es sciences. Son épouse, née Eugénie Mélanie Le Camus, décède pour sa part à Paris en 1902, à l’âge de 91 ans. Dans l’intervalle, celle-ci a voyagé et demeure à Naples dans les années 1880. Dès lors, la présence de la mer jointe à de nouvelles alliances familiales influent sur l’orientation professionnelle de la descendance.

Influence de la mer

Après un mariage contracté à Nantes, sur la façade atlantique, Maurice Chauvet fils (1838-1900) devient en effet agent de la Cie des Messageries Maritimes, entreprise alors en plein essor. Il décède à bord d'un vapeur issu des chantiers de La Ciotat, voguant dans les mers du Sud. Né à Naples en 1882, le petit-fils de Romain Chauvet, également prénommé Maurice, devient pour sa part capitaine armateur dans la marine marchande. Croix de guerre en 1914-1918, il épouse en 1917 à Paris la descendante d’une très ancienne famille de militaires, originaire pour sa part de Haute-Garonne et d’Ariège.

Descendance célèbre


Enfin, Maurice Chauvet (1918-2010), arrière petit-fils de Romain Chauvet, devient membre du célèbre premier commando Kieffer, 1ers fusiliers marins commandos, et figure comme l'un des 177 Français libres présents lors du débarquement en Normandie. En 1962, il participe comme conseiller technique à la réalisation du film "Le jour le plus long", retraçant le débarquement allié sur les plages normandes. Promu officier de la Légion d’honneur, il accède au panthéon des personnages célèbres et son action est désormais médiatisée par les nouveaux moyens de communication.

Conclusion : un mode de lecture

Mais au-delà d’une simple chronologie, que nous apprend cette histoire ? En réalité, cette généalogie d’une famille bourgeoise permet une lecture à deux niveaux. Tout d’abord, en termes économiques, quatre générations successives révèlent une réelle adaptation de la famille Chauvet aux diverses opportunités professionnelles. De 1820 à 1940, celles-ci sont notamment en rapport avec le transport maritime et témoignent de l’essor pris par ce secteur d’activité au cours de la période.

Par ailleurs, à compter de la première Guerre mondiale, la famille intègre désormais en son sein des militaires et s’illustre par un haut fait accompli lors du second conflit mondial. Sur le temps long, cette généalogie se lit donc en termes économiques, tandis que, pour leur part, les pics événementiels que constituent les guerres mondiales modifient de manière sensible la composition familiale. En ce sens et peut-être plus largement, ce mode de lecture à deux niveaux peut-il dès lors s'étendre à d’autres généalogies.

E. PRACA

________________________

 

POUR EN SAVOIR PLUS

Généalogie en lien :

http://gw.geneanet.org/perpraca8_w?lang=fr&pz=anthelme+benoit&nz=boyer&ocz=0&p=pierre+romain&n=chauvet&type=fiche