Joseph LASSALLE - 1820-1909 - Sculpteur au Capitole

 

Oeuvre de J. Lassalle - Capitole - Washington

 

Joseph Lassalle est sculpteur en bronze et fondeur aux Etats-Unis. Contremaître dans les ateliers de bronze desservant les chantiers du Capitole à Washington (1857-1860), il est l’auteur en 1858 d’un superbe buste d’Indien, également conservé au Capitole. Il est par ailleurs le frère de Charles Lassalle (1), propriétaire du journal d’expression française Le Courrier des Etats-Unis et cette parenté permet désormais d’établir son état-civil, jusqu’alors bien moins connu que son œuvre d’artiste.

De Liège à New-York – Années 1850

C’est à la lecture de la presse américaine et par le biais de sa parenté avec Charles Lassalle, qu’il a été possible de préciser l’état-civil de Joseph Lassalle. Une mention de presse (2) faisait en effet état de la naissance de Charles en octobre 1817 à Liège et la consultation des archives de Belgique a donné à penser que Joseph serait plutôt son frère cadet. Cette hypothèse s’est révélée exacte.

L’artiste fondeur Joseph André Lassalle est en effet fait né le 17 juin 1820 à Liège, en Belgique. Il est le fils de Pierre Joseph Charles Lassalle, pharmacien de son état, et de Philippine Marie Barbe Genot. Son aïeul paternel était négociant et son aïeul maternel contrôleur au mont de piété de la ville (3). Joseph Lassalle apparaît donc issu, au sens large du terme, de la bourgeoisie liégeoise et francophone.

Dans l’immédiat, la date de son départ pour les Etats-Unis ne nous est pas connue, mais en 1847, Joseph Lassalle est présent à Paris, où il semble identifié comme témoin au mariage de sa sœur, Virginie Philippine Joséphine. Ainsi le suggère la mention « J. Lassalle », figurant sur l’état-civil reconstitué de la capitale (4). Neuf ans plus tard, il apparaît cette fois fixé aux Etat-Unis, marié et résidant à New-York, où naît son fils aîné Charles en 1856 (5). Il est alors âgé de 36 ans.

De New-York à Washington - 1857-1860


Le Capitole - Washington

Entre 1857 et 1860, Joseph Lassalle est ensuite mentionné comme contremaître dans les ateliers de bronze (bronze shops) desservant les chantiers du Capitole à Washington (6). En 1858, il est ainsi l’auteur de cet emblématique buste d’Indien, notoirement connu : « In 1858 a related portrait bust was created in bronze by sculptor Joseph Lassalle, foreman of the Capitol’s bronze shop between 1857 and 1859. Not a replica of the Vincenti marble, but rather a new work based closely on the original clay model, Lassalle’s bust is displayed in the House wing of the Capitol » (7).

En 1860, des correspondances d’ordre professionnel le situent encore à Washington et la même année, le recensement de population y confirme sa présence. Ce recensement est exact quant à la profession : « Sculptor », mais approximatif par ailleurs. Les âges des époux y sont notamment erronés, Joseph étant en réalité âgé de 40 ans et son épouse de 33 ans et non l’inverse. Leur lieu d’origine est inexact : « France » pour Joseph et « New York » pour son épouse (8), ce que rectifient les recensements suivants.

Recensé pour la première fois à Washington, leur fils aîné, Charles, né à New York, est alors âgé de 4 ans. C’est aussi à New-York que naît en 1861 le second fils du couple, Eugène (9). L’activité professionnelle exercée par Joseph Lassalle à Washington apparaît donc plutôt comme une parenthèse entre deux ancrages à New York, une intéressante opportunité de carrière avant un nouveau départ, cette fois pour Philadelphie.

Modeleur et ciseleur à Philadelphie - 1870-1909

C’est en effet à Philadelphie que la famille de l'artiste est recensée en 1870, cette fois sous le patronyme américanisé de « Lassell » : Joseph, 52 ans, né en Belgique, Harriett, 43 ans, née à ou en Switzerland, et leurs deux enfants respectivement âgés de 13 et 9 ans. Joseph y exerce encore la profession de Pattern Maker que l'on pourrait peut-être traduire par « modeleur de fonderie » (10). L’épouse est mère au foyer, mais l’on ignore à ce jour si elle était originaire de Suisse, de la ville de Switzerland en Floride (11) ou du comté de Switzerland, dans l’Indiana.

Dix ans plus tard, le nouveau recensement de Philadelphie indique toujours : « Joseph A. Lassalle », 60 ans, exerçant cette fois la profession de Chaser in Brass, c'est-à-dire de ciseleur sur cuivre ou sur métaux. Une erreur ou une approximation s’est à nouveau glissée dans les prénoms de l’épouse ; le fils aîné, Charles, âgé de 23 ans, exerce désormais le métier de Garment Cutter et le cadet est encore scolarisé (12). La famille demeure établie à Philadelphie durant plusieurs décennies : en 1909, c’est le journal Philadelphia Inquirer qui annonce le décès de Joseph Lassalle, veuf d’Henriette, à l’âge de 88 ans (13).

Joseph Lassalle - Tombe familiale

Ultérieurement, une tombe familiale est érigée au cimetière communal de Bala Cynwyd, en Pennsylvanie et Joseph Lassalle y repose sous les dates : 1823-1909 (14). Mais encore une fois, l’année de naissance s’avère inexacte : il faut en effet lire 1820 et non 1823, qui est l’année de naissance de sa sœur, Virginie Philippine Joséphine, évoquée au début du texte. En bref, l’identification de cet artiste, auteur de l’emblématique buste d’Indien, ne fut donc pas facile à mener, mais son œuvre au Capitole plaide en faveur d’une meilleure connaissance de son état-civil.

Joseph Lassalle, 1820-1909 - Datation exacte

En résumé, les actes d’état-civil et les recensements même approximatifs permettent de retracer une biographie factuelle de Joseph Lassalle, artiste francophone émigré en Amérique, né le 17 juin 1820 à Liège et décédé le 21 janvier 1909 à Philadelphie, dont on ne connaissait initialement pas la datation. Le personnage présidant précédemment « à la réalisation de la majeure partie de l'ornementation métallique du Capitole » (15), il reste donc à préciser les linéaments de sa longue carrière et dans ce cadre, à compléter sans aucun doute l’inventaire de sa production artistique.

Joseph Lassalle s’établit dans un pays « neuf », où la construction du patrimoine matériel et du pouvoir priment d’abord sur les notions d’histoire culturelle. Désormais, son esquisse biographique tend à rétablir dans leur simultanéité à la fois la notoriété de l’œuvre et celle de l’artiste, d’égal intérêt. En d’autres termes, sa brève notice tend à conjurer l’ombre portée par le passage du temps, et les effets délétères liés aux distances et à la mobilité géographique : la généalogie de Joseph Lassalle s’y était incidemment égarée.

La mémoire collective dispose donc actuellement de nouveaux points de repère à la fois chronologiques et certifiés, volontairement inscrits dans le cadre d’une histoire élargie sinon universelle, à tout le moins largement partagée.

Edwige PRACA

 

NOTES

1 - KAREL David, Dictionnaire des artistes de langue française en Amérique du Nord : peintres ...Musée du Québec, Les Presses de l’Université Laval, 1992, p.467-468. Notice intitulée « Joseph LASALLE », « Charles Lasalle, frère de l’artiste…propriétaire d’un journal américain…intitulé Des Etats-Unis ». Malgré les approximations concernant le patronyme et titre du journal, la notice est utile.

2 - Cf en lien : https://newspaperarchive.com/news-jan-30-1888-p-1/

3 -  Archives royales de Belgique, Etat civil, Province de Liège. Arrondissements de Liège et de Verviers, naissances 1820, vue 169/1007, acte 908.

4 - Mariage du 9-1-1847 à Paris, 8e : fiche état civil reconstitué sur Filae, avec mention du témoin et acte d’état-civil reconstitué en lien sur Familysearch, sans mention de témoin.

5 - Recensement : Washington, 1860, district of Columbia, en lien sur Familysearch.

6 - Cf en lien : https://uschs.org/wp-content/uploads/2012/07/2016-Spring-Dome_Body_Complete-Web3.pdf

7 - Cf en lien : https://www.senate.gov/artandhistory/art/artifact/Sculpture_21_00002.htm

8 - Recensement : Washington, 1860, district of Columbia, en lien sur Familysearch.

9 - Recensement : 1870, USA Census, Philadelphia, en lien sur Familysearch.

10 - Recensement : 1870, USA Census, Philadelphia, op.cit.

11 - A noter, la distance entre les villes de Switzerland en Floride et de Green Cove Springs, où le frère de Joseph Lassalle possède une résidence d’hiver, est de 14 miles soit environ 22 kilomètres.

12 - Recensement 1880 à Philadelphie, Pennsylvannie, Etats-Unis, en lien sur Familysearch.

13 - « Widowed, son of Joseph Lassalle, Silver Cleaner, 857 Perkiomen Street - 24-1-1909 : Paper: Philadelphia Inquirer : "LASSALLE - On January 21, 1909, JOSEPH, husband of the late Henrietta Lassalle, aged 88 years. Relatives and friends are invited to attend the funeral services, on Monday, at 3 P. M., at his late residence, 857 Perkiomen st. (18th and Poplar). Interment private ». 

14 - Tombe de la famille à Bala Cynwyd, Montgomery County, Pennsylvanie. Cf site Internet "Find a grave", entrée du nom : Eugène LASSALLE.

15 - KAREL David, Dictionnaire des artistes de langue française en Amérique du Nord : peintres ...op.cit., p.467-468.

 POUR EN SAVOIR PLUS

Généalogie Joseph LASSALLE, en lien sur Geneanet :

https://gw.geneanet.org/perpraca_wlang=fr&pz=bernard&nz=combemale&p=joseph+andre&n=lassalle&type=fiche