Usines hydrauliques des Pyrénées-Orientales en 1921

 

 

En 1922 est dressé un récapitulatif des usines hydrauliques du département des Pyrénées-Orientales. Celui-ci est établi à partir des titres de perception expédiés dans le cadre de l’institution d’une « taxe de statistique » émise sur ces usines à compter de 1919. Ces titres de perception sont acceptés ou non par les assujettis, qui les renvoient au Service hydraulique départemental. Ils mentionnent la hauteur de la chute d’eau, le débit moyen annuel, et la puissance électrique fournie par ces établissements en 1921. Un échantillon de ces relevés est proposé ici, dont certains apportent des précisions sur leurs occupants.

 

Bompas

Marthe frères à Bompas, moulin de Bompas, rivière du Bourdigoul, canal d’arrosage de Bompas : 2 m. de chute, 2196 litres de débit d’eau dérivé, 43 kw de puissance normale brute. « Ne résident pas à Bompas et n’y ont jamais résidé » selon le maire.

Caldegas

Travy ou Traby Xavier, moulin del Sarret, rivière du Sègre. Usine sise à Caldégas : 3,30 m. de chute, 150 litres de débit d’eau dérivé, 5 kw de puissance normale brute.

Elne

Lévi Jacques, Moulin des Pipes ou d’En Soulane, rivière du Tech, Elne : 3 m. de chute, 343 litres de débit d’eau dérivé, 10 kw de puissance normale brute. « En aval du moulin, l’eau ne pourra bientôt plus circuler faute de curage du canal » selon le propriétaire.

La Cabanasse

Blanc, propriétaire du moulin del Rey.

Le Tech

Usine de Puig Redon sur le Tech, commune du Tech, concession de la Société des chemins de fer des Pyrénées-Orientales, légalement autorisée par décret du 5 avril 1911 : 74 mètres de chute, 645 litres de débit d’étiage, 1970 litres de débit annuel moyen soit 1100 litres de débit annuel moyen dérivé, 798 kw de puissance normale brute.

Prades

Baron de Chefdebien à Prades, 2 usines : Usine à Talc, rivière de la Tet, Prades : 7,50 m de chute, 600 litres de débit moyen annuel, 44 kw de puissance normale brute ; Usine de sulfostéatite cuprique, Prades : 7,40 m de chute, 1400 litres de débit annuel moyen dérivé, 102 kw.

Louis Rous à Prades : 5 usines de 3 à 70 kw.

Py

Goût Auguste, moulin Goût, rivière de Fuilla, Sahorre et de Routja (Rotja), usine à Py : 5,30 mètres de chute, 300 litres de débit dérivé, 16 kw de puissance normale brute. Signé à Ria le 22-9-1921 : Pour Goût Auguste décédé, l’héritier Anglade.

Ria

Société anonyme des Hauts fourneaux et forges de Ria au capital de 1 million de francs, 4 usines sur la rivière de la Tet, Ria : 1) Moulin Calmon : 13 kw. 2) Usine hydraulique de la Marbrerie de Ria, Bernard Bernard autrefois locataire selon la SA : 17,50 m. de chute, 1000 litres de débit moyen annuel, 172 kw. 3) Ateliers de Ria : 15 kw. 4) Usine de Ria : 11,50 m. de chute, 2300 litres de débit moyen, 259 kw.

Tannerie Gouzy sur la Tet, Ria : 1 kw.

Saint Laurent de Cerdans

Roux Anna, Tordères, moulin Nadal, Saint Laurent de Cerdans : 5 m. de chute, 130 litres de débit d’eau dérivé, 6 kw de puissance normale brute.

Saint Marsal

Héritiers de Cazals à Saint Marsal, moulin de Las Esquerdes, rivière de Taulis : 3,30 m. de chute, 230 litres de débit d’eau dérivé, 8 kw de puissance normale brute. « Inconnu audit moulin. Usine démolie. Héritiers inconnus ».

Saint Paul de Fenouillet

Veuve Bougnol, Moulin de la Fou, St Paul de Fenouillet, rivière de l’Agly : 5 m. de chute, 400 litres de débit dérivé, 19 kw. Propriétaire R. Azibert, 18 rue Antoine Marty, Carcassonne.

Souanyas

Boutet Jacques, mouli del Pont Nou sur la Tet, commune de Souanyas : 6,50 mètres de chute, 100 litres de débit dérivé, 6 kw de puissance brute. Ce moulin a été acheté par l’industriel Escoiffier demeurant à Thuir, selon une lettre du maire de Souanyas en août 1921.

Tresserre

Veuve Aujoulet au Boulou, moulin de Nidolères, rivière du Tech, Tresserre : 3,50 m. de chute, 600 litres de débit d’eau dérivé, 21 kw de puissance normale brute.

Villemolaque

Veuve de Roca, Villemolaque, moulin de la Forge d’Avail : 5 m. de chute, 200 litres de débit d’eau dérivé, 10 kw de puissance normale brute.

Vinça

Molins Pierre, Moulin Molins, rivière de la Lentilla, Vinça : 7 m. de chute, 120 litres de débit d’eau dérivé, 8 kw de puissance normale brute. « Moulin n’existant plus depuis une vingtaine d’années » selon le maire en août 1921.

Thuir

Ecoiffier François, usine Fauvelle, rivière de la Tet, canal de Thuir, Thuir : 8,10 m. de chute, 648 litres de débit d’eau dérivé, 51 kw de puissance normale brute. « La commune de Thuir n’a rien à voir à l’usine Fauvelle…actuellement occupée par M. Eugène Marti, potier, et imposée au nom de Ecoiffier François » : lettre de l’adjoint au maire en août 1921.

Syndicat du canal de Thuir, Moulin de Thuir, rivière de la Tet, canal de Thuir, commune de Thuir : 4 m. de chute, 178 litres de débit dérivé, 7 kw.

Commune de Thuir, moulin du Couvent, rivière de la Tet, canal de Thuir, Thuir : 5 m. de chute, 648 l. de débit dérivé, 31 kw.

Valcebollère

Jean Banet n’habite plus depuis longtemps dans la commune et son moulin ne marche plus. Il en est de même pour Joseph Abel dont le moulin ne marche pas, selon la mairie.

Vernet-les-Bains

Société Roussillonnaise d’Electricité à Perpignan, usine électrique, rivière du Cady, commune de Vernet-les-Bains : 19,40 m. de chute, 300 litres de débit d’eau dérivé, 58 kw de puissance normale brute. Signé Ecoiffier à Perpignan.

Edwige PRACA

 

Sources

ADPO, 13Sp2.