Projet de contrôle des poids matrices - Perpignan - 1772

 

En mai 1772, Pierre Bonet, syndic de l’hôtel de ville de Perpignan, fait remarquer aux consuls de la ville que la vérification des poids matrices municipaux n’a pas eu lieu depuis 1736. Il préconise dès lors le contrôle des matrices originales suivi de leur dépôt à l’hôtel de ville, l’établissement d’un double de ces originaux et leur mise sous surveillance dans la boutique de l’affineur, enfin une vérification annuelle des nouveaux poids étalons.

Le texte s’adressant aux consuls perpignanais énumère l’ensemble des mesures préconisées : contrôle des matrices dans la forme exprimée par les précédentes ordonnances de 1736, mise sous clé en coffre et en lieu clos, amende en cas de contravention. Le contenu de cette réquisition est adopté par les consuls de la ville et après ordonnance, la procédure appliquée localement.

 Edwige PRACA

 

DOCUMENT

Projet de contrôle des poids matrices

 Réquisition du syndic de Perpignan - 11 mai 1772

 

« A Messieurs les très illustres Consuls de cette très fidelle de Perpignan

Vous remontre Me Pierre Bonet, sindic de cet hôtel de ville qu’il y a tout lieu de craindre que depuis 1736 que la vérification des poids matrices de cette ville et de la province fut faite sans avoir été renouvellée du depuis, il ne se soit glissé quelque altération dans la justesse requise de pareills poids, qui servent et doivent servir à tout le pesage qui se fait dans cette ville et province :

Il est à présumer que cette altération arrivera toujours, tant qu’il n’y aura pas un endroit consacré pour le dépôt de ces matrices originales dans l’hôtel de ville même et qu’elles ne seront pas gardées dans un cofre à différentes clefs, et que pour que ce dépôt n’arrête en rien le cours journalier des échantillonages, il paroit convenable que d’abord après la vérification des dits poids matrices, il en soit fait une copie ou double pour rester continuellement dans la maison de l’afineur

et que la vérification de ces seconds poids matrices soit faite toutes les années en présence de Mrs les Consuls dans les dix premiers jours de juillet, pour examiner si elles se trouvent altérées et en cas elles le seroient, pour être sans délay rétablies, dont sera dressé procès-verbal chaque année.

C’est pourquoi ledit syndic requiert que vu ladite ordonnance de son prédécesseur du 12 juillet 1736 et celle de Me Bauyn de Jallais alors intendant de la province du même jour, il soit ordonné qu’il sera incessament procédé à la vérification des poids matrices originales de la ville, dans la forme pratiquée lors des dites ordonances ;

Qu’après cette vérification, il sera fait un double de chacun des dits poids matrices qui, après leur justesse reconnue, seront remis à l’affineur de la ville pour être, tout échantillonnage fait sur iceux, à luy enjoint de les garder dans un endroit fermé à clef, qui sera à cet effet construit dans la partie la plus convenable de sa boutique, avec défense à luy de les laisser à découvert et errant dans icelle sous la peine de 50 livres en cas contravention,

Ordoner en outre que les premiers poids matrices originales en cuivre jaune seront remises et déposées à l’hôtel de ville dans un coffre à ce destiné fermant à différentes clefs, et dont ils ne pourront être extraits que pour servir à la vérification des seconds poids originaux remis audit affineur, laquelle devra être faite comme il est dit cy dessus toutes les années, et à ces fins expédier ordonnances convenables,

Fait à ppan le 11 mai 1772, signé Bonet syndic, signé Boussac ».

 ___________________________________

 

POUR EN SAVOIR PLUS

Règlement des poids étalons de la ville de Perpignan - 1772, site Edwige-Praca.fr, rubrique Economie.

Poids du Roussillon et équivalences - 1772, site Edwige-Praca.fr, rubrique Economie.

"Lances et pondera servant" - Contrôle des poids et balances à Paris - 1772, site Edwige-praca.fr, rubrique Economie.