Maurice CHAUVET - NAISSANCE d’un ART : la PHOTOGRAPHIE

 

 

 

Dans les années 1930, Maurice Chauvet (1898-1972), fils de négociant, avocat à la cour d’appel de Montpellier, est aussi chroniqueur dans la presse régionale et président de la Fédération des syndicats d’initiative de la région Languedoc-Roussillon-Rouergue. En 1935, également au titre de président d’honneur du Photo-Ciné-Club de l’Hérault, il rédige un long article intitulé "La naissance d'un art : la photographie", paru dans un annuaire méridional de son temps. Il y  évoque tout d'abord ses souvenirs d’enfance et notamment sa première visite chez un photographe, survenue vers 1900-1905.

Débuts d'une activité commerciale

Avant de souligner les différentes étapes menant la photographie au rang d'art humaniste, l'auteur énonce en effet brièvement principes relatifs au bon fonctionnement d’une boutique au début du XXe siècle. Des conventions régissent alors la tenue vestimentaire du photographe et de son client, et des accessoires et poses codifient une photographie devenue commerciale. Conservées de nos jours, une multitude de photographies anciennes reflètent ainsi l’adoption de ces codes sociaux, tandis que les clichés « amateurs » fixent pour leur part et de manière moins académique, les souvenirs marquants de la vie familiale.   

E. PRACA

 

DOCUMENT

 

Article : "La naissance d’un art : la Photographie"

1935

« Il faut avouer que le photographe, tel que le connut encore ma petite enfance, était un type étrange et quasi-hallucinant. J’ai souvenir de ce jour où mes parents décidèrent de me faire photographier. Vêtu d’un costume de marin, dont le sifflet, au bout d’une cordelette blanche, constituait pour moi l’accessoire le plus existant, les cheveux taillés « aux enfants d’Edouard », ganté de blanc, je fus amené chez un homme, mi-bohême, mi-boutiquier, dont la barbiche à la « rapin », le nœud Lavallière, le pantalon à la hussarde et les chaussures à élastiques dessinaient parfaitement la silhouette de ces sortes d’artistes, telle que la littérature l’a transmise à la postérité.

Dans son atelier, toute une série d’accessoires étaient disposés, dont l’objet était de placer ses victimes dans une ambiance destinée à souligner leur personnalité. Il y avait des tuniques et des sabres pour les militaires, des vieux bouquins pour les studieux, une stèle où s’accoudaient, avec nonchalance, les dames rêveuses, un éventail espagnol pour les coquettes, de la rocaille artificielle pour les intrépides et pour les enfants un cerceau et sa baguette, un volant de grâces, une raquette de tennis ; les tout-petits se contentaient de coussins, tandis que les vieillards s’asseyaient majestueusement sur un siège en X, dit « Dagobert ».

Pour moi, je choisis délibérément le cerceau et je fus placé devant une toile de fond représentant une balustrade, surplombant l’allée d’un parc. Après tout un cérémonial étrange, qui avait pour but de me donner une pose naturelle : « Levez la tête, jeune homme ; non, un peu plus à droite ; rentrez le bras gauche ; souriez, avancez le pied droit, etc… », ma personne fut enfin fixée pour la postérité sur le gélatino-bromure et, huit jours plus tard, mes cousines éloignées recevaient une épreuve destinée à prendre place dans l’album familial. Tel était, il y a quelques trente ans, la photographie considérée comme un des beaux-arts.

Evidemment, il y avait, à côté des professionnels ceux que l’on appelait « les amateurs » ; historiographes sur plaques sensibles des noces, pique-niques, réunions de famille, voyages, excursions. Il n’est point de greniers, point de soupentes, où nous ne découvrions aujourd’hui des petites boîtes de plaques saupoudrées de poussière qui sont un souvenir émouvant de l’oncle Louis ou de la tante Agnès » (...).

Maurice CHAUVET

________________________________

 

BIBLIOGRAPHIE

CHAUVET Maurice, "Naissance d'un art : la Photographie" in annuaire Perpignan adresses, 3e année [1935].

POUR EN SAVOIR PLUS

Généalogie en lien :

https://gw.geneanet.org/perpraca_w?lang=fr&pz=bernard&nz=combemale&ocz=0&p=pierre+emile+maurice&n=chauvet&type=fiche&i=2422

ORDRE DES ARTICLES

Suite 1 de l'article de Maurice CHAUVET en lien, cliquez sur :

NADAR et ATGET - De vrais PHOTOGRAPHES

Suite 2 de l'article de Maurice Chauvet en lien, cliquer sur :

PHOTOGRAPHIE - Le TRIOMPHE de L'IMAGE

Fin de l'article de Maurice Chauvet en lien, cliquer sur :

La PHOTOGRAPHIE - Un message HUMANISTE