Henri LEHMANN peintre - Biens mobiliers - 1851

Portrait de Louise Alexandrine dite Clémence Casadavant par H. Lehmann - 1850

 

En 1851 est établi le contrat de mariage entre l’artiste peintre Henri Lehmann et Louise Alexandrine Casadavant. Veuve de l’agent de change Victor Désiré Michel-Oppenheimber, celle-ci est l’héritière de son père Jean Casadavant, ancien dirigeant de la verrerie de Meudon dont elle a recueilli la succession. L’union étant placée sous le régime de la séparation des biens, un état annexe esquisse la liste des biens mobiliers appartenant à l’époux, donnant une idée de leur composition.

Comprenant bibliothèques, chevalets, tables, échelles ou marchepieds, tous les objets et instruments se rapportant à l’art du peintre demeurent sa propriété exclusive. Il en est de même et surtout pour ses tableaux, gravures, lithographies, études, portraits, esquisses, ouvrages artistiques. Une exception est toutefois faite pour le portrait de la future épouse daté de 1850 et pour un « tableau représentant la Vierge Evanouie, avec le titre Consolatrix Afflictorum », qui sont la propriété de la future épouse.

Deux objets d’art, « les coupes de Benvenuto Cellini et deux flambeaux en bronze » ainsi qu’un « vase appelé buire avec des dessins renaissance », font partie de l’atelier du peintre. Réalisées par la manufacture de Sèvres, ces pièces à succès rappellent enfin les liens unissant la manufacture de porcelaine à la verrerie de Meudon. De fait, par son mariage de 1851, Henri Lehmann devient le beau-frère de Jean Adolphe Charpentier-Casadavant, copropriétaire de la verrerie de Meudon, lui-même époux d’Antoinette Josèphe Boullemier, fille d’un peintre doreur de la manufacture.

 


Antoine Gabriel Boullemier, peintre doreur - Table de Napoléon 1er

 

Le fonds couleur d'or du tableau de la future épouse fait ainsi écho aux talents de doreurs de la famille Boullemier, dont la production artistique en provenance de Sèvres, est reconnue aux sommets de l'Etat dès le 1er Empire. Le portrait de Clémence Casadavant est actuellement conservé au Musée Condé de Chantilly.

E. PRACA

 

Etat des objets mobiliers appartenant à M. LEHMANN

 

« Un bois de lit en chêne et un lit complet – Un guéridon en chêne – Une table – Un bureau à écrire – Une bibliothèque comprenant environ deux cents volumes – Chaises et fauteuils confortables et autres – Tapis jaspé – Rideaux de fenêtre et d’alcôve, et portières en reps – Une pendule en marbre noir et flambeaux – Une armoire, un buffet – Tapis en natte – Et divers objets nécessaires pour la toilette – Une chaise longue – Fauteuils confortables et autres ; chaises, divers.

Chevalets à crémaillères – Tapis jaspé – Rideaux et stores – Garniture de cheminée consistant en une pendule en marbre noir et bronze représentant la Vénus de Milo – Les coupes de Benvenuto Cellini et deux flambeaux en bronze – Quatre portières – Une table à peinture – Une estrade couverte de tapis jaspé – Un divan – Fauteuils confortables et autres, chaises.

Une bibliothèque à portefeuilles, en chêne – Table de travail en chêne – Une grande table mobile en chêne – Diverses petites tables – Une table à peindre – Chevalets à mécaniques – Echelles et marchepieds – Rideaux et stores de grandes baies – Rideaux et stores de Damas de laine et paravant.

Trente grands portefeuilles, garnis de gravures, lithographies et études dessinées et peintes, portraits et études peintes – Cartons esquisses, plâtres et objets d’art dont un vase de Sèvres appelé buire avec des dessins, renaissance.

Linge de table, de lit et de toilette – Trois nappes et trente serviettes damassées – trente-six serviettes de toilette – Onze paires de draps de lit – Taies d’oreiller – Linge de cuisine – Une tasse en argenterie et sa soucoupe – Une demi-douzaine de petites cuillères en argent – Une cuillère à sucre – Un couvert en argent – Un nécessaire de voyage en argent – Divers ustensiles de ménage, tels que vaisselle, batterie de cuisine

Le tout estimé à la somme de quarante cinq mille francs.

Paris le huit septembre mil huit cent cinquante et un.

Approuvé l’écriture – Henri Lehmann »

 __________________________________

 

SOURCES

AN, étude de Me Dupont et Lefort, notaires à Paris, acte de mariage du 8-9-1851.

POUR EN SAVOIR PLUS

Généalogies Casadavant, Lehmann et Boullemier en lien : http://gw.geneanet.org/perpraca3_w?lang=fr&pz=antoine&nz=barbier&ocz=1&p=alexandrine+clemence&n=casadavant&type=fiche